Liberals Vote To Expand Assisted Suicide To Canadians With Mental Illness

Ottawa, ON – Ed Fast, Conservative Member of Parliament for Abbotsford, released the following statement after the Liberals voted against his motion to stop the expansion of assisted suicide to Canadians with mental illness:

“After 8 years of Justin Trudeau, Canadians are struggling with a rapidly deteriorating quality of life. Many Canadians have to deal with the immense stress of not knowing how they are going to pay their rent or put food on the table every month.  

“Despite this, Justin Trudeau continues to push aggressively to expand MAID to those suffering from mental illness. Experts have been clear that MAID for mental illness cannot be implemented safely and the heads of psychiatry at all of Canada’s 17 medical schools called for a delay to the Liberals’ deeply flawed MAID legislation that will expand eligibility to those with mental disorders. It is impossible to determine that an individual’s mental illness will never respond to treatment.

“Conservatives do not believe that MAID is an acceptable solution to mental illness and psychological suffering.

“Supported by my fellow Conservatives, I introduced legislation to stop the expansion of medical assistance in dying to Canadians suffering from mental illness where mental illness is the only condition.

“Unfortunately, the vast majority of Liberal Members of Parliament, chose to abandon Canadians with mental illness to gain favour with Justin Trudeau.

“Despite our disappointment in the Liberals’ disregard for people suffering with mental illness, Conservatives will continue to fight for those who are left behind by this legislation, and we will not support the expansion of MAID to include mental illness.

“We will put people back in control of their lives, enabling them to lead good and decent lives. This is why we will never give up on anyone. Conservatives will stand on the side of the most vulnerable and their loved ones.”

Le gouvernement libéral affirme qu’il n’a pas vérifié les antécédents du commissaire des droits de la personne

Le gouvernement libéral affirme qu’il n’a pas vérifié les antécédents du commissaire des droits de la personne

Ottawa (Ontario) – Melissa Lantsman, chef adjointe du Parti conservateur du Canada, a fait la déclaration suivante :

En savoir plus
Les faits : Les Canadiens vivent l’enfer du logement

Les faits : Les Canadiens vivent l’enfer du logement

Ottawa (Ontario) — Après neuf ans sous Justin Trudeau, le coût du logement a doublé. Les loyers sont devenus si inabordables qu’une femme de Kingston, en Ontario, consacre 100 % de ses revenus au loyer, tandis qu’un homme d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, a dû continuer à vivre avec son partenaire séparé, car aucun des deux n’avait les moyens de déménager.

Les Canadiens vivent un véritable enfer du logement. Cette situation est devenue encore plus évidente aujourd’hui après que la Building Industry and Land Development Association (BILD) a publié un rapport indiquant que 73 % des habitants de la région du Grand Toronto se sont déclarés insatisfaits de la disponibilité et de l’abordabilité des logements.

En outre, 90 % des habitants de la région du Grand Toronto estiment qu’il y a une pénurie de logements, et 83 % pensent que l’abordabilité est un problème majeur. Cela ressort clairement du fait que 59 % des habitants de la région du Grand Toronto estiment que le coût de la vie est le problème le plus urgent auquel les élus devraient s’attaquer, la disponibilité et l’abordabilité des logements étant une préoccupation croissante, avec un taux de 30 %.

Il est clair que Justin Trudeau n’écoute plus les Canadiens. Au lieu de bâtir des logements dont les Canadiens ont besoin en éliminant les barrières bureaucratiques, Trudeau a continué à renforcer la bureaucratie qui bloque la construction de logements. Lorsque les Canadiens ont été informés que 25 % du coût d’un nouveau logement était englobé dans les taxes, les frais et les charges, 74 % des personnes interrogées ont estimé que c’était injuste. Malgré cela, Trudeau a récompensé les barrières bureaucratiques municipales qui ont augmenté ces taxes et frais, bloquant ainsi la construction de logements dans tout le pays.

Conséquence directe de l’incapacité de Trudeau à supprimer les barrières bureaucratiques, Statistique Canada a rapporté que le secteur de la construction résidentielle s’est effondré de 2,3 % en avril, ce qui représente la plus forte baisse depuis mai 2023. Cela signifie que le Canada est loin de bâtir le nombre de logements dont il a besoin pour sa population croissante. À Trois-Rivières et Rimouski, le prix moyen des logements disponibles a bondi d’environ 50 % entre les printemps 2020 et 2024. À Sherbrooke, l’augmentation a été de 44 %. À Québec et à Gatineau, l’augmentation a atteint 33 %.

Les Canadiens n’ont pas à vivre comme cela. Les conservateurs de gros bon sens ramèneront des logements abordables pour les Canadiens en liant le financement des infrastructures aux mises en chantier et en supprimant les barrières bureaucratiques.

En savoir plus